Vianney

Samedi 8 Juillet – A partir de 19h00
Scène : Pratgraussals
BILLETTERIE

Elle a surgi sans crier gare la déferlante Vianney. Elle s’est déployée à dimension humaine. Fédératrice et populaire. Saine et noble. Une montée en puissance crescendo s’étalant sur deux années aussi riches que pleines et érigeant le garçon en nouveau petit prince de la chanson française. On y a découvert de prime abord un tout frais diplômé d’école de stylisme au look propret, posé à l’extrême, d’une disponibilité confondante et aventureux. Capable, par exemple, de se lancer dans un périple en vélo pour assurer la promotion de son disque en Allemagne. Il y a bien sûr et surtout le répertoire qui s’est imposé avec un pouvoir de séduction immédiat. « Mais t’es pas là, mais t’es où ? ». N’est-ce presque pas un tour de force que de déposer, dès le premier essai, une ritournelle sur toutes les lèvres ? Chanson tremplin d’Idées blanches, album de platine dont les petites sœurs Je te déteste, Veronica, Les gens sont méchants et On est bien comme ça se sont, elles aussi, taillées une place de choix. Sur scène, une aisance bluffante, une présence happante, une attractivité dénuée d’artifices. Chef de meute volontaire, armé de sa guitare, ou seul capitaine de son navire. Au choix. Jamais n’aura-t-il montré le moindre signe d’essoufflement. Il faut rappeler pourtant qu’il s’agissait d’un terrain de jeu complètement vierge pour lui avant le lancement des hostilités. Le public a marché dans ses pas, le métier l’a consacré (Victoire de la musique de l’artiste masculin en 2016) et Céline Dion l’a convoqué pour un titre de son album (Julien Clerc et Gérard Lenorman ont également fait appel à sa plume). Réussite artistique autant que commerciale. Difficile d’effectuer une entrée en matière plus probante.

Photos: © Jerôme Witz